Mange ta tête

 Mange ta tête a été fondée en 2001 à Paris.

Anne Lamalle, créatrice de Centre de ressources du musée Louvre-Lens, en est la présidente

 

logodefmange Nous avons envie de chercher à donner du sens. Nous n’avons pas envie de vous dire que rien n’a de sens de vous parler de ce vide de faire spectacle de ce vide. Nous avons envie de vous faire des propositions de ce que nous avons compris – pris avec nous – nos traversées nos doutes allant vers quelques certitudes et non l’inverse. Nous avons envie de prendre et joyeusement le risque – sans risque réel vu notre emplacement géographique social – de dire. Nous avons envie de prendre ce risque au risque que vous ne soyez vraiment pas d’accord. Non pas avec une forme – toutes formes trouvent aujourd’hui une légitimation – mais avec un fond, des fonds que nous avons envie de chercher. Nous avons envie de réaffirmer la puissance politique du théâtre

Elsa Ménard

1971  Naissance à Dakar, n’y reste qu’un an puis Tunis puis Paris.  DSC_0005

1982  Spectatrice au premier rang d’Hamlet mise en scène Antoine Vitez à Chaillot

1990  Création de La compagnie du Lundi. Pendant une quinzaine d’année, suit des cours, des ateliers, des stages et joue dans une quinzaine de créations.

1996  Eglise Saint-Bernard et lecture de Mot à Maux, dictionnaire sur la lepensiation des esprits de Pierre Tevanian et Sylvie Tissot. Commence à écrire.

2000  Création de La mécanique des anges d’après Les fables de Jean de La Fontaine ; Effroyables Jardins de Michel Quint ; L’atelier d’Alberto Giacometti. de Jean Genet. Continue à écrire.

2006  Soutenue par la DMDDTS (CNT) pour Euphémismes, une comédie française. finalise son texte à la Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon. Euphémismes est également soutenu par « A Mots découverts » et donne lieu à une rencontre à la SACD. 

2009  Création d’Euphémismes, une comédie française au Passage vers les étoiles / Reprise avec l’aide d’Arcadi au Collectif 12, à Confluences et au WIP-Villette. Devient artiste associée au Collectif 12 de Mantes la jolie.

2010  Accepte de faire ses premiers ateliers. Poursuit son travail d’auteur dans une démarche de recherche exploratoire à long terme, sur une thématique : La résistance ou pourquoi et comment, de l’enfance à la maturité, un homme choisit de résister. Ou pas. L’œuvre est pensée pour devenir un triptyque (traitant des 3 phases clés de l’évolution d’un individu, l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte. L’épilogue sera un hommage au 3 : Hamlet/ Oncle Vania / Alceste.  Commence la lecture de L’Anthropogénie d’Henri Van Lier.

2012  Création de Résistances. Etape 1. Etre Debout. Parler. qui aborde les résistances à l’œuvre dans l’enfance. Coproduction Mange ta tête, Collectif 12, WIP-Villette, avec l’aide à la production d’Arcadi et le soutien de la Fondation de France.

2013  Première résidence territoriale d’auteure sur l’agglomération de Mantes-la-Jolie dans des lycées et collèges. Direction artistique du projet Les Mutants, qui aboutira à la création d’un spectacle écrit, joué et chanté par une vingtaine d’adolescents, une exposition multimédia interactive sur son travail et une journée de rencontre sur la pédagogie de l’art. Co-production Mange ta tête, Collectif 12. En partenariat avec L’ECM le Chaplin. Avec le soutien de la la Fondation de France et Arcadi.

2014  Commence sa collaboration avec Andréya Ouamba, en tant que co-auteur et metteur en scène sur la création Je ne crois plus au futur. Première en janvier 2015 à l’Atelier Carolyn Carlson – Tournée en octobre 2015: Les francophonies en limousin,; théâtre Jean Vilar des Vitry sur seine; Théâtre de la Ville, Paris. Coproduction: La Cartoucherie – Atelier Carolyn Carlson Pariis. Centre Culturel Blaise Senghor Dakar.. Avec  l’aide à la production d’Arcadi, Ville de Paris, Union Européenne PAMOJA, Centres Culturels Français de Dakar et de Yaoundé…

Anne Lamalle, présidente

Ancienne élève de l’ENS de Fontenay/St-Cloud puis enseignante-chercheur à Orléans (1995-1999), Anne Lamalle est chargée de cours de littérature au Centre de Formation Permanente de Paris I depuis 2000. Elle est également auteur et responsable éditoriale indépendante pour Gallimard Education, Flammarion et Nouveau Monde éditions depuis 1998. Anne Lamalle a occupé par ailleurs le poste de responsable de l’agenda des expositions d’Arts Magazine pour le nord de l’Europe en 2005-2006. Elle a été chef de projet Lettres et Sciences humaines pour une start-up de e-learning Paraschool (2000-2001) ainsi que chef de projet et responsable éditoriale à la RMN, service multimédia, pour les sites du projet FRAME (2001-2003). En octobre 2006, elle est coordinatrice des projets de médiation multimédia à la Direction des publics du musée du Louvre et chef de projet du site éducation Louvre. En janvier 2011, elle devient responsable de la création puis de la direction du Centre de ressources  du musée du Louvre-Lens.

Contact Administration / Elodie  : 06 74 97 26 44

IMG_1135

 

 

Les créations théâtrales de la compagnie Mange ta tête interrogent l’altérité, l’identité, l’intime, le politique… et toutes les formes de discriminations liées à ces questions. Parallèlement à ses spectacles, la compagnie met en place chaque année en Ile-de-France des actions artistiques qui invitent des publics souvent exclus du monde de l’art (primo arrivants ; détenus des maisons d’arrêts ; personnes en situation d’isolement, enfants en situation d’exclusion ou de fragilité sociale…) à réfléchir à ces questionnements. Par le biais des outils artistiques de la compagnie et notamment par l’écriture de plateau, ces ateliers s’élaborent toujours à partir de chacune des individualités en présence afin de placer d’emblée les participants au cœur du processus de création en valorisant la connaissance que chacun a de soi et des autres.

Cette méthodologie performative permet aux participants d’aborder un monde auquel ils ont rarement accès, en partant d’eux-mêmes, tout en traversant des questionnements qui dès lors qu’ils passent par le prisme d’un plateau, deviennent collectifs.

La compagnie est associée au Collectif depuis 2010, subventionnée par Arcadi Ile-de-France et soutenue par la Fondation de France et le Wip-Villette.